dimanche 14 juin 2020

Km 5980 - A la découverte de la Dordogne...

6àVélo sur l’EuroVélo 3, la véloroute des pélerins...

La vidéo de l’étape : https://youtu.be/wpT7WNWqShA



Par Pauline,
Du 19 au 29 mai 2020
Tour de Dordogne.

1er coups de pédale après 2 mois de pause

Pour la première fois depuis 2 mois, nous enfourchons à nouveau nos vélos. Le départ de Buade se fait en famille élargie car Abel et Marie-Agnès, les parents de Jacques, nous accompagnent sur les 15 premiers kilomètres. Nous partons en fin de journée, car ce soir nous sommes accueillis dans le presbytère de Bruno de Beru à Montpon où Bruno nous reçoit chaleureusement. Nous lui cuisinons un risotto (ça faisait longtemps…) et partageons avec lui les souvenirs et les expériences de ces mois écoulés. Le matin nous sommes réveillés par les cloches qui sonnent à huit heures...
et nous avons réalisé que ça faisait longtemps que nous n’avions pas entendu de cloches sonner...

Douce France

Le lendemain, après avoir assisté à la messe du jour célébrée “en privé” et les estomacs pleins de viennoiseries offertes par Bruno, nous repartons vers l’ouest en longeant l’Isle. Le trajet est facile et fléché, sur de petites routes calmes, jalonnées de villages authentiques. Nous apercevons toujours au loin le clocher des églises qui jalonnent notre itinéraire. Nous quittons la Dordogne pour entrer en Gironde. A Guitres nous découvrons la magnifique abbatiale datant du XIème siècle. Malheureusement fermée, nous ne pouvons en admirer que l’extérieur sur les hauteur du village. 

Après avoir fait le plein de victuailles pour la soirée, nous retrouvons l’Eurovélo 3 appelée la Scandiberique ou véloroute des pélerins. Nous poursuivons notre route sur ce bel itinéraire et en fin de journée nous tombons sur un camping “fermé aux touristes de passage”. Nous tentons tout de même notre chance. Les propriétaires, un jeune couple qui vient de racheter l’affaire, nous ouvrent volontiers leurs portes. Malgré la saison qui a mal commencé pour eux, ils sont très souriants et accueillants. Ils nous ouvrent des sanitaires “rien que pour nous”, et nous encouragent à aller profiter du plan d’eau avec canoës, pédalos et trampoline sur l’eau que nous testerons pour eux…! Les enfants sont ravis et après cette longue et chaude journée, tout le monde apprécie. (Le camping s’appelle le Chêne du Lac, près de Bayas...un peu de pub pour les aider en ces temps difficiles…)

Alors que je m’étais réjouie la veille de n’avoir jamais crevé du voyage, au premier coup de pédale du matin...je déchante. Mon pneu est complètement à plat ! Nous retournons au camping pour réparer et profiter du compresseur disponible. La deuxième fois est la bonne et nous voilà rapidement sur la voie verte qui va de Clérac à Barbezieux Saint Hilaire. Nous voilà maintenant en Charente-Maritime. Les habitations changent de style, deviennent massives en pierre, imposantes et majestueuses. Les habitants sont souriants et curieux. Certains viennent discuter avec nous sans avoir l’air inquiet. C’est une bonne surprise pour nous qui ne savions pas trop à quoi nous attendre sur la route…

Le soir nous plantons notre tente à Chantillac, à côté de la voie verte près d’une ancienne gare réaménagée en logement. Nous allons chercher de l’eau et faire une toilette au terrain de sport du village. Un groupe d’amis avec des jeunes enfants s’arrête et nous propose si nous souhaitons plus de sécurité son grand jardin pour planter notre tente...la flegme de remonter sur nos vélos et le risque quasi-zéro à dormir là, nous font renoncer à son offre très généreuse. La nuit sera très calme et reposante.

Joyeuses retrouvailles 

Nous poursuivons notre route vers Ségonzac, notre objectif du jour pour arriver chez des amis chers à notre coeur. La route est toujours champêtre ! Dans chaque village on admire une trace du passé, des vieilles pierres, un vieux puits, un clocher...Nous sommes émerveillés par la beauté de notre France...Il y aussi souvent une boulangerie et un boucher...ce qui ne gâche rien à notre plaisir :-) 

Enfin nous arrivons à Ségonzac chez Marc, Aliénor et leurs 6 enfants. Nous faisons une entorse aux gestes barrières parce que cela nous fait trop plaisir de se prendre dans les bras. Autour d’un goûter et d’un dîner nous partageons nos moments de vie. Leur famille nous pose plein de questions...ce qui enchantent les enfants, ravis d’y répondre. Le lendemain nous découvrons leur village dont nous ferons le tour : le réparateur de combi (pour le plus grand bonheur d’Elise…), le mécano (pour le plus grand bonheur d’Octave qui peut compléter sa collection de plaques) et le restaurateur (pour le plus grand bonheur de Jacques…). (Il manquait le pâtissier pour moi mais tant pis…;-)

Nous décidons de rejoindre Angoulême situé à 40kms le jour même mais sans nous mettre la pression car nous partons vers 17h30 après avoir visité la fabrique de vinaigre où travaille Marc. Le Baume de Bouteville, est un condiment balsamique délicieux vieilli en fûts de Cognac. Après présentation de la production et dégustation de ce condiment qui est finalement bien plus qu’un vinaigre (les enfants adorent...surtout le 10 ans d’âge…) il faut bien que nous reprenions la route...ces retrouvailles étaient trop courtes mais promis on revient bientôt !

Nous arrivons à Angoulême vers 20h00 où la maison d’Agnès - la soeur de Jacques - et Samuel son mari nous attend. Agnès et Samuel nous ont gentiment laissé les clés de leur nid douillet pour que nous puissions nous y reposer. Demain c’est dimanche alors grasse matinée pour tout le monde. On l’a bien méritée !

Nous profitons d’être à Angoulême pour continuer les retrouvailles. En fin de journée dimanche, nous retrouvons Gilles et Marie mes cousins. Goûter, piscine, apéro, Zoom avec la famille de Gilles, BBQ, bon vin et bon gâteaux, partages et rigolades...qu’il est bon de retrouver ceux qu’on aime !

Cerise sur le gâteau, ce même soir, une des cousines chéries d’Elise vient nous retrouver pour pédaler quelques jours avec nous. Nous ne sommes donc plus 6, mais 7avelo…

D’Angoulême à Thiviers

Nous quittons Angoulême sans difficultés grâce au fléchage de la flow vélo, véloroute qui relie l’Ile d’Aix en Charente-Maritime à Thiviers en Dordogne. Nous alternons les passage en voie verte sans voiture ou sur de petites routes calme. Nous trouvons toujours un endroit sympa pour pique-niquer et faire un brin de sieste à l’ombre. Vraiment le cyclotourisme en France c’est tout confort ! Soizick s’adapte bien à notre rythme et est d’ailleurs souvent en tête dans les côtes…!

Le soir, nous plantons notre tente derrière un cimetière après avoir demandé l’autorisation à une femme âgée habitant à côté. Elle n’y voit pas d’inconvénients et semble trouver du plaisir à discuter avec nous après ses longs mois de confinement qui, même si ils n’ont pas changé radicalement son quotidien, lui laissent un sentiment de solitude. Fatigués nous sommes sous la tente dès 20h30 alors qu’il fait encore bien jour. Nous nous endormons avant la nuit. 

Le lendemain nous découvrons avec amusement qu’un autre cyclo, Fabien, s’est planté pendant la nuit. Il est arrivé à 21h et nous ne l’avons pas entendu. Nous partageons avec lui notre petit déjeuner, puis il reprend sa route. Nous décollerons un peu plus tard, non sans avoir perdu nos 2 opinels (qui avaient fait tout le voyage avec nous :-(), oubliés sans doute près du robinet du cimetière au moment de la vaisselle…

Le lendemain nous découvrons à Nontron, une fabrique de couteaux. Le couteau de Nontron, reconnaissable à son signe en V renversé pyrogravé sur chaque manche, serait le plus vieux de France. L’atelier est fermé mais visible à travers les vitres et la boutique expose de nombreux couteaux dont des couteaux noisettes, si petits qu’ils rentrent dans la coque d’une noisette. Incroyable !

Accueil Warmshowers 

Nous reprenons notre route, les sacoches pleine de victuailles pour le déjeuner et faisons une halte sur la voie verte. Nous dépassons Thiviers et rejoignons à Saint Jory Las Bloux, un accueil Warmshowers. Nous plantons la tente dans le jardin et partageons avec Hugues, Alex et leur fille Jeanne un super dîner qui nous rappelle les États Unis : BBQ, maïs grillés, riz parfumé et glace…C’est la première fois que nous sommes accueillis par des Warmshowers en France alors merci à vous, Alex et Hugues pour votre accueil si spontané et généreux malgré cette période de pandémie

Nous poursuivons notre route en direction de la Vézère et les villages s’égrènent au fil des kilomètres : Coulaures, Cubjac, Ajat puis Bars où nous planterons notre tente derrière le foyer rural. Nous trouverons de l’eau au cimetière et des toilettes publiques super propres près de la mairie. Le luxe ! Ce joli petit village abrite dans son église du XIIème siècle un collection unique d’harmonium. Ce musée se visite en temps normal...pour nous ça sera pour une prochaine fois.

Le long de la Vézère

Le lendemain nous sillonnons toujours une campagne magnifique sous un ciel sans nuage. Nous passons par le petit village de Fanlac, connu pour avoir été le lieux de tournage de Jacqou le croquant, puis rejoignons la Vézère à Saint Léon sur Vézère. Nous circulons seuls sur ces routes habituellement saturées à cette époque. Nous déjeunons au bord de la Vézère, les pieds (et un peu plus pour les garçons) dans l’eau. 

Le soir nous atteignons Limeuil, où des amis des parents de Jacques qui nous ont suivi (l’oncle et la tante d’Aurélien, que nous avions rencontré sur la Carretera Austral pour ceux qui suivent…), nous laisse l’accès à leur maison. Nous y trouvons une longue lettre d’accueil, des bières au frigo, des frites et de la glace au congélateur, du pain, du paté, du fromage...bref de quoi nous réconforter après cette nouvelle longue journée. Merci infiniment Thierry et Catherine !

Dernier jour : 9avelo

Aujourd’hui dernière journée mais nous avons tout de même 60kms à faire avant de rejoindre Buade. Nous ne résistons pas à faire un petit détour par le cingle de Tremolat. (Bon les enfants ne sont pas hyper chauds pour cette montée Bonus mais c’est vraiment beau !). Nous sommes récompensés par une vue magnifique et une belle descente ensuite pour rejoindre Abel et Marie-Agnès, qui viennent pédaler avec nous sur les 30 derniers kilomètres. Pause pique nique et repos à Mauzac, puis nous longeons la Dordogne jusque Bergerac sur une voie verte très bien aménagée. 

Nous arrivons à Buade, crevés mais heureux de nous être replongés dans les délices de l’aventure en famille. 

Contre toute attente et après un échange avec son entreprise, Jacques reprend le boulot début juin mais nous gardons en tête de rentrer chez nous à vélo, en mode « vacances » (ce qui veut dire max 30km par jour en moyenne et pas 50 !) cet été

A bientôt pour la suite des aventures !

Au départ de Buade avec les parents de Jacques :




Au presbytère de Montpon avec le Père Bruno de Béru :


Le long de l’EuroVélo 3 :














Au pied du chateau de Barbezieux :


Pic nique au pied des vignes de Charente :


Avec nos amis Marc, Alienor et leur famille à Segonzac :


Visite de l’atelier Combis :




En route vers Angoulème :


Belle montée pour atteindre le centre ville d’Angoulème...


Repos chez Agnès et Samuel :


Avec Gilles (Cousin de Pauline), Marie et leur famille :


Soizick nous rejoint pour la suite de la semaine :
















Chez Hugues, Alex et Jeanne, accueil warmshower :








A Saint Léon sur Vézère :










Accueil chez Thierry et Catherine qui nous laissent leur maison :


Vue sur le cingle de Trémolat :

--------------------------------
Cet article vous a plu ? Manifestez votre enthousiasme en participant à notre campagne de dons pour le Secours Catholique ici !Vous pouvez aussi nous laisser un message d'encouragement sur notre livre d'or ici !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires et vos encouragements !